[UNBOXING] Assassin’s Creed Valhalla – Edition Collector

Bonjour à tous,

Aujourd’hui, l’air de rien et malgré le fait que mon dernier article remonte à l’année dernière, je me permets d’apporter une lueur de vie à mon blog en vous proposant le déballage de l’Edition Collector d’Assassin’s Creed : Valhalla, le tout dernier épisode de cette série que j’apprécie beaucoup. J’espère que ces quelques photos que je m’apprête à vous proposer vous plairont.

Il est vrai que je n’accorde plus le même investissement à mon blog que par le passé, ce qui fait surgir -et de manière complètement aléatoire, des articles qui ne dépendent que de mon envie de partager avec vous des photos. Cela dit, fort heureusement, je ne m’éloigne pas des thèmes qui me sont chers, puisque, à part la série Tales of qui tarde à nous proposer son futur opus, je reste très focalisé sur les jeux Falcom. En outre, et pour faire le lien avec cet article, si vous remontez deux articles plus loin, vous comprendrez que j’ai également beaucoup apprécié le précédent opus, Assassin’s Creed Odyssey, qui nous plongeait dans la passionnante Grèce Antique.

L’annonce d’un nouvel épisode qui nous plonge dans l’univers des Vikings m’a surpris, compte tenu des époques dans lesquelles se déroulent les deux derniers épisodes, mais cela va forcément nous apporter un vent de fraîcheur et un peu de dépaysement. A l’heure où j’écris ces lignes, cependant, j’ai à peine essayé le jeu car j’ai préféré me focaliser pleinement sur les photos du Collector et leur publication à travers mon article.

Préalablement, j’apporte quelques petites précisions : les premiers retours sur la figurine du Collector n’étaient franchement pas encourageants, et en effet, on peut penser que le personnage d’Eivor a une tête assez curieuse, et que ses cheveux font l’effet d’une serpillière posée sur son crâne. Le half hawk est clairement raté ! J’ai tenté pour le mieux de prendre des photos sous son meilleur profil, certes, mais il convient toutefois de noter que la figurine reste globalement de bonne facture, et que j’en ai vu des bien pires.

Ensuite, en ce qui concerne le packaging, première déception : la boîte ne contient pas l’entièreté du collector. Ce n’est pas la première fois que je vois cela, mais c’est dommage, j’aime bien lorsque tout rentre dans une seule et même boîte. Ne serait-ce que pour le rangement. Cela dit, rien de bien méchant, car seuls le jeu et la petite statuette d’Eivor en homme, soigneusement placé dans une petite poche, ne sont pas inclus dans la boîte.

L’Edition Collector d’Assassin’s Creed Valhalla

Je vais commencer par vous présenter le packaging. On est face à une boîte étonnamment petite, ce que ne manqueront sans doute pas de remarquer les possesseurs des précédents collectors de la série. Mais à titre de comparaison, je vous laisse apprécier :

Les Collectors d’Odyssey, Valhalla et Syndicate (photo prise sur Iphone)

La boîte mise sur la sobriété à l’instar d’Odyssey, avec le nouveau logo dans sa couleur d’un vert froid, similaire à celui d’une aurore boréale, sur fond noir. Cela nous offre un rendu visuellement agréable, apaisant même, loin des batailles qui nous attendent visiblement dans le jeu :

La box du Collector

On est donc face à une box cartonnée de bonne qualité, mais loin de celle que proposait Odyssey. Reste que visuellement et de par sa taille, elle peut facilement être exposée au sein d’une collection. Un très bon point pour le packaging, malgré le fait qu’il n’ait pas été prévu d’y intégrer le jeu lui-même, ainsi que la petite figurine d’Eivor (homme), que vous trouverez ci-dessous :

Le jeu dans sa version Ultimate, accompagné de la poche de la figurine d’Eivor (homme)

Le boîtier du jeu est celui de l’Ultimate Edition, et met en tête d’affiche Eivor (homme). Bien entendu, vu que je jouerai le jeu avec Eivor (femme), Ubisoft a pensé à intégrer une jaquette alternative, en retournant celle d’origine :

La jaquette alternative

J’assume être de parti pris, mais je trouve cette jaquette beaucoup plus classe !

La figurine d’Eivor (homme) se présente sous la forme d’une petite statuette viking, sagement rangée dans sa poche, ornée du logo du jeu. La voici, une fois à l’air libre:

Eivor (homme)

Lorsque nous revenons à la box, et procédons à son ouverture, vient en premier lieu le steelbook :

Si le visuel opte une fois de plus pour la mise en avant du logo, on est loin de la sobriété de la boîte.

En effet, de nombreux motifs entourent le logo et remplissent le steelbook afin d’offrir un visuel plus sophistiqué, tout en préservant ses couleurs froides. Le verso du steelbook fait dans la continuité en reprenant la forme du corbeau (j’imagine !) :

Juste après le steelbook figure une petite sélection de pistes musicales issues de la bande originale du jeu, présentée dans une petite pochette cartonnée, d’une simplicité presque vexante, je dois dire :

J’assume entièrement le fait que, d’être fan, ne me fera jamais regretter l’achat d’un collector pour une série que j’affectionne. Néanmoins, cette manie de glisser le CD dans une bête pochette en carton, vu le prix du collector, j’aurais encore préféré qu’il soit directement mis dans le steelbook, tant qu’à faire. Fort heureusement, nous avons au verso, la liste des pistes :

Titre superbement trouvé pour la piste 12, je trouve. Ah-ah-ah !

Vient ensuite le certificat d’authenticité, soigneusement glissé dans une poche en plastique avec une enveloppe contenant les trois lithographies du jeu :

Je m’interroge tout de même sur le nombre d’exemplaires de cette Edition Collector, parce que l’air de rien, cela m’a l’air de vite se chiffre. Mon numéro est le 51018 !! Je ne pense pas trop m’avancer en disant que ce ne sera clairement pas mon collector le plus rare.

Je vous propose par conséquent une photo du certificat d’authenticité cartonné, qui reprend une belle illustration du jeu :

Voici ensuite l’enveloppe contenant les lithographies :

Nous y retrouvons le logo et le titre du jeu avec la même simplicité que la box du jeu. Epuré et stylisé. En outre, en voici le contenu, qui se décline donc en trois lithographies :

Enfin, arrive la pièce maîtrise du Collector, celle également très critiquée d’après les premières photos qui ont pu être partagées sur le net. Ici, dans son emballage :

Avant de vous proposer les quelques photos que j’ai faites, je souhaite évacuer les points fâcheux de suite : oui, la tête paraît bizarre, et oui, les cheveux rendent très mal. Néanmoins, à mon sens, la figurine reste d’honnête facture et bien détaillée :

La photo est suffisamment parlante, il s’agit d’Eivor, prête à lancer l’assaut depuis la figure de proue de son drakkar. Eivor brandit une hache de combat fidèle aux normes de l’époque, légère et maniable. En traînant un peu sur le net, j’ai découvert qu’à la base, il s’agissait bel et bien de l’outil de travail, que les vikings les plus pauvres avaient adapté en arme de fortune. Efficace, cela dit, mais de fortune.

Un plan rapproché permet d’observer les détails de la figurine, et hormis son visage et ses cheveux, le reste est particulièrement réussi, entre le pli des vêtements, les sangles et la fourrure, je trouve tellement dommage d’avoir lu tant de mal sur cette figurine, finalement :

Bien, finissons-en ! Voici un gros plan du visage d’Eivor, qui vous laissera appréci… témoigner de son étrange rictus forcé :

« J’ai la DALLE ! »

Eivor est également équipée d’un bouclier, que vous pouvez voir ci-dessous, orné d’une représentation qui fait directement écho à son compagnon volant :

Il a récemment été découvert que normalement, les boucliers Vikings étant particulièrement fins, ils étaient renforcés par des étuis de cuir, afin d’éviter que quelques coups de haches ou d’épées n’aient raison de leur résistance trop vite. En l’espèce -et pour des raisons esthétiques, j’ose penser qu’Ubisoft a délibérément fait l’impasse sur ce point. Je ne pourrai en savoir plus que lorsque j’aurai avancé dans le jeu, mais je ne doute absolument pas de la qualité des recherches historiques qui ont été faites, surtout vu le travail qu’ils ont toujours su apporté à la série.

Au sommet de la proue est sculptée ce qui semble être une inquiétante gueule de dragon :

Cette figure de proue était communément appelée Dreki, signifiant Dragon en islandais, ce qui explique tout simplement l’étymologie du mot Drakkar.

Sur le dreki, enfin, trône fièrement le corbeau d’Eivor, les ailes déployées :

Je confesse avoir été déçu de voir les aigles des deux précédents opus remplacés par un corbeau. L’aigle est ancré dans la mythologie d’Assassin’s Creed ne serait-ce que par l’utilisation de la fameuse « vision de l’aigle », et, après avoir passé plus de 200 heures en compagnie d’Ikaros, j’espère m’accommoder à la présence de notre nouveau compagnon. Cela dit, il a toute légitimité à remplacer les ailes, dans le contexte, puisqu’il a une place de choix dans la mythologie nordique et les croyances Vikings.

Les photos de la figurine, et même du Collector, arrivent à leur fin. Pour terminer, je vous propose une photo d’ensemble :

J’espère que ces quelques photos commentées vous auront plu. L’Edition Collector d’Assassin’s Creed Valhalla est plaisante, mais peut-être un peu chère. Je ne me suis cependant basé que sur le contenu physique, sachant que cette Edition contient le jeu dans sa version Ultimate, qui comprend en supplément dématérialisé : le season pass, de l’équipement de Berseker et des runes. J’ai également bénéficié d’un code pour la mission bonus « la voie du Berserker ».

Au final, le contenu physique du jeu reste somme toute, assez classique : un steelbook, une select soundtrack, une figurine, puis quelques petits goodies. A ce prix, il aurait peut-être manqué un petit artbook cartonné, ou au minimum, une pochette d’OST mieux travaillée que celle proposée, trop convenue (lorsque l’on voit, par exemple, celles proposées par des séries bien plus confidentielles comme Senran Kagura, il y a toujours de quoi se démarquer).

Mais ce n’est que pour chipoter, parce que le visuel du packaging est sobre et stylisé, la figurine n’est pas aussi terrible que ce que les gens veulent nous faire entendre, le certificat d’authenticité et les lithographies bénéficient d’une belle présentation et la petite statuette Viking d’Eivor, dans sa version masculine, apporte un petit côté authentique supplémentaire à l’ensemble.

Assassin’s Creed est une série qui m’a toujours captivé, et les plus critiques ont beau parler de mondes ouverts génériques, il serait cependant dommage de ne pas constater à quel point l’effort de reconstitution et la recherche permettent de donner vie à diverses époques et de nous faire vivre certains moments gravés dans l’histoire. Il est temps maintenant de découvrir ce nouveau monde impitoyable et, même si mon blog paraît peu actif depuis un moment, il est parfois de petites impulsions qui me poussent à y revenir pour partager avec qui veut, la passion que j’ai pour certains jeux à travers quelques photos.

En ces temps délicats, prenez soin de vous et de vos proches, et je l’espère, à bientôt.

Bien à vous,

Hyperion_Seiken

(2 commentaires)

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Pouvoir des mots

Un voyage littéraire sans fin...

DocteurChips

L'aventure de DocteurChips

Lamangwa

Sciences Humaines et Mangas

La Plume de la mésange

Voyage au coeur de l'indépendance

Les lectures de Mido

Beaucoup de mythologie, un peu de sorcellerie, énormément de rêverie.

Chez Hyperion Seiken

Jeux vidéo, mangas, cinéma, unboxing

Pouvoir des mots

Un voyage littéraire sans fin...

DocteurChips

L'aventure de DocteurChips

Lamangwa

Sciences Humaines et Mangas

La Plume de la mésange

Voyage au coeur de l'indépendance

Les lectures de Mido

Beaucoup de mythologie, un peu de sorcellerie, énormément de rêverie.

Chez Hyperion Seiken

Jeux vidéo, mangas, cinéma, unboxing

%d blogueurs aiment cette page :