[UNBOXING] Trails of Cold Steel IV – Limited Edition

Bonjour à tous,

Aujourd’hui, c’est avec grand plaisir que je vous propose le déballage de mon jeu le plus attendu de l’année 2020 : Trails of Cold Steel IV.

Quelques mots sur la série

Nous y voilà, enfin ! J’ai désormais l’intégrale de la saga Trails of Cold Steel, constituant elle-même un arc narratif complet de The Legend of Heroes. Bien entendu, comme il m’a toujours été coutumier de le faire préalablement à la présentation de mes photos du déballage du collector, j’aimerais m’exprimer sur cette série qui, à mes yeux, est encore nouvelle et pourtant, me passionne depuis plus d’un an !

Trails of Cold Steel premier du nom est à la base sorti sur PS Vita et PS3 en 2013 au Japon, et en 2016 en France. Sachant que le quatrième opus, l’objet des présentes, est sorti au Japon en 2018, la saga aura généré cinq ans d’attente pour en découvrir la conclusion.

Personnellement, j’ai eu un peu plus de chance. En effet, les deux premiers Trails of Cold Steel sont ressortis l’année dernière sur PS4 dans une version liftée, et même proposés chacun dans une petite édition limitée :

Trails of Cold Steel : Decisive Edition
Trails of Cold Steel II : Relentless Edition

Est ensuite arrivé, la même année, le troisième opus, un épisode développé pour la PS4 (et sorti un peu plus tard sur la Switch), et environ un an après, nous avons eu droit au quatrième opus. Si bien qu’en un an, j’ai eu la chance de jouer à l’intégralité de l’arc Trails of Cold Steel (ou d’Erebonie).

Trails of Cold Steel III : Thors Academy Edition

J’avais pourtant le premier épisode sur Vita, mais à force de le laisser en bas de la pile, mon lourd retard m’aura été favorable et évité d’attendre trop longtemps la suite. Et surtout, j’ignorais que j’avais déjà entre les mains un joyau qui allait me plonger dans une aventure trépidante, de multiples intrigues, l’un des backgrounds les plus denses que j’aie pu voir dans un J-RPG, le tout vécu par des personnages attachants, valeureux et soudés ; dotés d’un chara-design qui n’est pas non plus pour nous déplaire, tel que Falcom sait nous offrir !

Ce qui fait également la force de la série consiste en son système de combat au tour par tour, aux multiples mécanismes. Riche, palpitant, intense et souvent exigeant. Le tout transporté par la magistrale composition de la Falcom Sound Team JDK, qui parvient toujours à nous surprendre au fil de chaque opus.

Inutile d’en dire plus, vous l’avez compris : je suis conquis par cette série, et mon coeur appartient à Falcom, qui a su m’éblouir aussi bien avec Ys que Trails of Cold Steel. Je laisse donc l’objectivité en dehors de cet article.

Préalablement, je vous invite à consulter les liens suivants, si vous souhaitez découvrir mes articles liés à la série :

[UNBOXING] The Legend of Heroes : Trails of Cold Steel (PSV)

[UNBOXING] Trails of Cold Steel III : Thors Academy Edition (PS4)

Trails of Cold Steel IV : la fin d’une saga

Le quatrième opus est une conclusion à la saga Cold Steel, sachant qu’elle appartient à un plus vaste univers. Pour l’occasion, il est intéressant de noter que ceux qui connaissent la série depuis au moins Trails in the Sky, et ceux qui ont également eu la chance de découvrir l’arc de Crossbell, Trails of Cold Steel IV offre un défilé de personnages connus (et souvent appréciés) et des embranchements qui font écho à l’entière série. Le casting all-stars de personnages jouables est tout bonnement impressionnant et réserve de nombreuses surprises.

Personnellement, bien que je ne reçoive le Collector que maintenant, j’ai toutefois joué les capricieux incapables d’attendre sagement, et ai donc acheté un exemplaire en édition standard, afin de profiter du jeu, et quel jeu ! Mais quel jeu !

A l’heure où je vous parle, je l’ai terminé après plus de 80 heures, dans sa « True Ending » et, sans aucune surprise, malgré tous les excellents jeux sortis cette année et même, les nouvelles consoles, il s’agit là de mon GOTY (c’était lui ou 13 Sentinels : Aegis Rim. A ce propos : Jouez à 13 Sentinels !). En revanche, un petit rétropédalage est à signaler, au niveau de la traduction, nous revoilà à une version sous-titrée anglaise, à l’instar des deux premiers épisodes et de la trilogie Trails in the Sky. Finalement, seul le troisième épisode aura bénéficié d’une traduction française.

Unboxing de la Limited Edition

Pourquoi ai-je pris le jeu en dépit du bon sens et avant la réception de mon Collector ? Car ce n’est qu’après de nombreux reports que la Limited Edition a finalement pu être expédiée, près de trois semaines après la sortie officielle du jeu. Mais qu’importe, l’essentiel est de l’avoir bien reçu, et de pouvoir enfin réunir l’intégrale de l’arc d’Erebonie dans ma collection.

C’est pourquoi, j’ai désormais l’immense plaisir de vous proposer ce jour le déballage de Trails of Cold Steel IV, la Limited Edition. J’espère que les photos vous plairont.

Le packaging contient la totalité du collector, et est présenté inséré dans son fourreau :

Lorsque l’on retire le fourreau, on découvre une image quasi-similaire, avec quelques subtiles différences : les yeux de Rean Schwarzer, personnage principal de l’arc Cold Steel, paraissent moins effrayants, et l’arrière-plan dispose d’un dégradé de couleurs plus chaudes, contrastant forcément avec l’illustration du fourreau :

A titre de comparaison, la box est bien moins imposante que celle du Collector du troisième opus, ce qui s’explique par la présence dans cette dernière d’un goodie conséquent : la peluche Mishy. En matière de contenu, il me paraissait difficile de faire plus original et en effet, le collector du quatrième opus opte pour un goodie bien plus classique, que j’ai déjà eu l’occasion de voir dans de nombreux collectors, notamment chez Gust, mais j’y reviendrai.

A l’ouverture de la box par le haut, nous avons un aperçu du contenu :

Notez d’ailleurs que l’intérieur de la box est paré de motifs sur du noir et du blanc. Le contenu est soigneusement emballé à l’exception du superbe artbook dont la couverture rigide suffit largement à le protéger.

Je vous propose en premier lieu par les photos du boîtier standard du jeu, qui porte la mention « Frontline Edition » et propose déjà du contenu accessible à quiconque achète le jeu en physique. En voici la face avant :

Il s’agit là d’une illustration regroupant la nouvelle classe VII. Notez que Rean Schwarzer, le professeur (et anciennement étudiant, dans les deux premiers volets), est positionné au centre de l’image, mais que Juna Crawford figure tout de même au tout premier plan, et est même la première à charger face à l’ennemi. L’héritage laissé par la première Classe VII était lourd de sens et de symboles, et cette nouvelle classe qui arrive seulement au troisième épisode avait fort à faire pour assurer la relève. Et pourtant, Juna porte cette volonté de reprendre le flambeau avec respect pour ses aînés mais aussi une détermination à se démarquer d’eux, et constitue la clef de voûte de cette nouvelle classe aux élèves moins nombreux certes, mais encore une fois très éclectiques. Même si l’histoire de ce quatrième opus nous éloignera de la vie à l’Académie, il y a bien une transition qui est amorcée pour maintenir tout le sens de la Classe VII.

Pardonnez-moi cette digression, et arrêtons-nous maintenant sur la face arrière du boîtier standard :

La jaquette est en français, mais je le rappelle, Trails of Cold Steel IV dispose de doublages japonais et anglais, mais les sous-titres sont uniquement en anglais. Mais si l’univers de la série est dense et parfois même compliqué, s’y plonger avec la langue anglaise reste pourtant assez accessible, même si je recommande d’avoir un dictionnaire ou d’utiliser un traducteur sur Internet pour certains termes.

L’intérieur du boîtier vous réserve quelques petites surprises :

Pour commencer, il y a un double rangement pour le disque du jeu et, ainsi montré sur la photo, un disque contenant cinq pistes du jeu. Figure également un mini-artbook :

Voici ensuite une photo du disque du jeu :

Les plus fins observateurs auront remarqué sur cette photo que le boîtier bénéficie d’une jaquette alternative. NISA nous a proposé d’ailleurs de voter pour la meilleure jaquette sur quatre retenue. En voici donc la gagnante sur sa face avant :

Et sa magnifique face arrière (MA-GNI-FIQUE je vous dis !) :

Le collector propose ensuite un disque audio contenant, lui, dix pistes sélectionnée issues de la bande originale du jeu :

Oh, quelle surprise, le jeu est dans un vrai boîtier ! La petite attention fait réellement plaisir, surtout lorsque l’on voit que pour Assassin’s Creed Valhalla, dont le collector est deux fois plus cher, le disque audio est simplement glissé dans une petite pochette cartonnée.

La face arrière du boîtier :

Bon alors évidemment, on est loin de l’intégrale de la bande originale du jeu, qui tient sur trois CD. Il manque donc une quantité de titres d’une extrême qualité (car oui, la BO du jeu est détonante !), mais je tiens à relever que figure le titre To the Future en piste 14, qui est pour moi l’une des plus belles compositions que j’aie pu écouter cette année, avec Edge of the Future issue du jeu 13 Sentinels (et oui, je sais, il y a le mot Future dans les deux pistes, coïncidence).

L’intérieur du boîtier :

Le disque :

Le contenu suivant est un set de sept illustration au format carte postale, mais pour éviter tout spoiler, je suis dans l’impossibilité de vous montrer l’ensemble, et me contenterai donc de la première :

Il est appréciable de constater qu’une note nous prévient de l’hypothétique possibilité de spoiler, et nous conseille même de finir le jeu avant de découvrir les visuels. L’illustration placée en avant ne constitue heureusement pas un spoiler :

Vient ensuite l’une des pièces maîtresses du Collector. Comme indiqué précédemment, celui du troisième opus avait fait fort en proposant une peluche Mishy et donc, forcément, de rivaliser avec celle-ci semblait délicat. Nous avons donc un poster en toile, représentant les héros de chaque arc de la série The Legend of Heroes. Un goodie somme toute très classique, pour un peu que vous ayez l’habitude des Collectors d’une autre série que j’aime beaucoup : les Ateliers. En effet, les jeux développés par Gust et distribués par NISA ont souvent été proposés en collector avec un poster en tissu, notamment les derniers Ateliers (Unboxing d’Atelier Sophie : Limited Edition), mais aussi les deux opus de Nights of Azure (Unboxing de Nights of Azure : Limited Edition).

Le voici donc soigneusement emballé :

Et une fois déplié, je me suis permis de prendre une photo supplémentaire avec le boîtier du jeu pour vous permettre d’en apprécier la taille :

Sur cette illustration figurent les trois protagonistes des différents arcs de la série The Legend of Heroes : à gauche, Lloyd Bannings (Ao no Kiseki et Zero no Kiseki, jamais sortis en Occident), à droite Estelle Bright (Trails in the Sky) et au centre, Rean Schwarzer (Trails of Cold Steel).

Un plus gros plan du poster ci-dessous :

Le contenu suivant reprend les mêmes codes visuels que celui du Collector du troisième opus, il s’agit d’un magnifique artbook à couverture rigide, cartonnée et recouverte de tissu, de toute beauté :

En voici le verso :

La reliure :

Enfin, et je comprendrai si vous ne me croyez pas, j’avais cette fois décidé d’ouvrir l’artbook et de prendre en photo une page au hasard. Hé bien… « comme par hasard » c’est tombé sur…

…Sara Valestein ! Quelque part, ça m’arrange de ne pas trop vous montrer l’étendue du reste du casting du jeu, car il est particulièrement impressionnant, et même si la promotion du jeu était souvent orientée autour de la présence d’invités d’exceptions comme Lloyd et Estelle, de nombreuses belles surprises vous attendent, je vous le garantis !

Nous arrivons maintenant au dernier contenu du Collector, et pas des moindres : le Steelbook !

A mes yeux une pièce maîtresse dans les collectors, le Steelbook a d’autant plus d’importance à mes yeux pour cette série, vu que la sortie des deux premiers volets nous a permis d’en avoir un à chaque jeu. Le troisième opus nous en a proposé un également, certes élégant mais avec une absence remarquée d’illustration. C’est donc avec une immense surprise que j’ai eu le plaisir de découvrir le retour d’un steelbook illustré pour ce nouvel opus et qui plus est, superbe !

Nous avons en illustration un Rean plus classe que jamais, avec en arrière plan, Valimar. Le steelbook a d’ailleurs du relief sur les contours du personnage, comme vous pouvez le voir :

L’arrière du steelbook :

Je suis navré que la photo laisse apparaître un peu de saletés dessus.

L’intérieur du steelbook :

Voici une dernière photo du steelbook exposé :

En bonus, une petite réunion des quatre steelbooks de l’arc complet :

Pour finir, je vous propose les photos de l’ensemble de Trails of Cold Steel IV : End of Saga, l’Edition Limitée :

J’espère que ce long unboxing vous aura plu, ainsi que mes photos. J’en ai publié un certain nombre, plus que d’habitude, car j’ai vraiment pris beaucoup de plaisir à découvrir ce collector. Et vu qu’il s’agit également de mon GOTY 2020, le plaisir était d’autant plus fort.

Je ne garantis jamais la poursuite régulière de mon blog, mais l’air de rien, cela fait deux articles que je publie quasiment à la suite, alors sans promesse, même si je l’espère quand même, je vous dis : à bientôt !

Bien à vous,

Hyperion_Seiken

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Lamangwa

Sciences Humaines et Mangas

La Plume de la mésange

Voyage au coeur de l'indépendance

Les lectures de Mido

Beaucoup de mythologie, un peu de sorcellerie, énormément de rêverie.

Chez Hyperion Seiken

Jeux vidéo, mangas, cinéma, unboxing

For What It's Worth

Y'a que les imbéciles qui changent pas d'avis

La Plume de Pichu

Du gaming mais pas que!

Aline Wheeler

Blog de l'autrice Aline Wheeler

Lamangwa

Sciences Humaines et Mangas

La Plume de la mésange

Voyage au coeur de l'indépendance

Les lectures de Mido

Beaucoup de mythologie, un peu de sorcellerie, énormément de rêverie.

Chez Hyperion Seiken

Jeux vidéo, mangas, cinéma, unboxing

For What It's Worth

Y'a que les imbéciles qui changent pas d'avis

La Plume de Pichu

Du gaming mais pas que!

Aline Wheeler

Blog de l'autrice Aline Wheeler

%d blogueurs aiment cette page :